Terrasse en composite : est-ce un bon choix ?

Alternative au bois naturel, le bois composite est devenu populaire au Québec dans la construction de terrasses, de tours de piscine et de patios. Dans le choix d’une terrasse en matières composites, la balance entre les avantages et désavantages est équilibrée.

Les avantages d’une terrasse en composite

Les terrasses en composite sont considérées comme étant écologiques, grâce à leur composition faite principalement de matériaux (bois et plastiques) de recyclage :

  • résidus de bois
  • plastiques recyclés
  • polymères artificiels

C’est un revêtement durable qui peut tenir environ 25 ans. Les planches de composite imitent parfaitement le bois naturel et ne nécessitent que très peu d’entretien. Des détachants spécifiques suffiront pour les nettoyer.

Les propriétés antidérapantes des composites combinées à une retenue de chaleur limitée en font notamment un premier choix pour réaliser le tour d’une piscine. Les planches ne craignent pas l’humidité et on ne se brûle pas les pieds.

Pour ces raisons, c’est l’un des matériaux les plus utilisés au Québec pour les planchers de terrasse ou les patios. Il conviendra cependant de préférer des planches certifiées CTB-WPC.

Qu’est-ce que la certification CTB-WPC pour une terrasse en composite ?

CTB signifie « Composite Triple Beat », c’est-à-dire un indice de distorsion de 3e ordre (en plus clair : bon). WPC désigne la matière finale (en anglais) : « Wood Polymer Composite ». Cette certification qui s’applique aux lames de terrasse en composite de bois-polymère garantit :

  • une teneur minimale de fibres végétales d’un tiers de la masse totale
  • des polymères de liaison de la matière ligneuse de type thermo-fusible
  • des profilés obtenus par extrusion, co-extrusion ou par injection
  • des profilés massifs ou alvéolaires

Ce sont aussi des caractéristiques mécaniques :

  • résistance en  flexion  aux  conditions  de  températures  limites  et  après  vieillissement physique
  • résistance au fluage à haute température
  • dureté, résistance aux chocs dans le cas de profilés alvéolaires

Ainsi que des caractéristiques physiques :

  • une durabilité physique avec une teneur en eau à 90 jours limitée
  • résistance à l’eau bouillante
  • comportement en termes de stabilité dimensionnelle en conditions limites de température et d’humidité
  • caractéristiques de glisse

La certification garantit encore des caractéristiques de durabilité face aux agents biologiques et de pérennité d’aspect.

Les désavantages d’une terrasse en composite

Les inconvénients d’une terrasse en composite commencent par son coût relativement élevé : entre 40 $ à 70 $ le pied carré posé. En matériaux purs comptez de 5,50 $ à 8 $ le pied carré.

Malgré ces tarifs, les lames sont sujettes à la dilatation et les techniques de pose pèseront grandement sur leur longévité. Il conviendra par exemple d’augmenter le nombre de solives.

Ensuite, la résistance aux UV est moyenne. Les couleurs s’altèrent au fil du temps sans espoir de les faire revenir. Au rayon couleurs, le choix est limité à quelques imitations de bois naturel, du gris ou du noir.

D’autre part, il n’existe pas de filière de recyclage pour ce produit fini composé de produits pétroliers malgré la présence d’un tiers de fibres cellulosiques. Les résidus s’accumulent dans les sites d’enfouissement.

À qui s’adresse la terrasse en bois composite ?

Les propriétaires d’immeubles à revenus et logements multiples en sont friands notamment pour le peu d’entretien que demande une terrasse en bois composite. Les lames se passent de vernis ou de teinture. Un lavage à l’eau deux fois par année avec un produit anti-moisissures suffira.

La pose d’une terrasse en composite est relativement simple en respectant quelques règles (comme le facteur dilatation). Elle pourrait même être effectuée en auto-constructeur à l’aide de conseils disponibles en ligne. Il faudra cependant prévoir de gros bras car c’est une matière particulièrement lourde comparée au bois, à la fibre de verre ou à l’aluminium.