Isolation par soufflage : comment ça fonctionne ?

Les quatre types d’isolants les plus utilisés en rénovation résidentielle sont les isolants en vrac, les matelas, les panneaux rigides et la mousse giclée. Isolants en vrac et mousse nécessitent un appareillage spécifique pour les premiers et l’intervention d’un professionnel pour la seconde. Comment ça marche ?

Principe de l’isolation par soufflage

La technique du soufflage permet d’injecter une importante densité de matière dans les moindres interstices. Une machine spéciale permet de souffler le produit à travers un long boyau.

Le soufflage est préférable aux panneaux d’isolant dans les endroits difficiles d’accès ou en rénovation. Le soufflage de laine est ainsi idéal dans les vieux greniers non isolés qu’il suffit de remplir de matière compacte et immédiatement constater les effets sur le confort intérieur et la facture de chauffage.

Les avantages de l’isolation par soufflage

Un isolant en vrac permet de bien couvrir les surfaces irrégulières des entre-toits. La laine se loge dans les aspérités. Elle entoure les éléments de charpente du toit pour former une couche homogène et sans joints. On peut aussi l’injecter dans les cavités et les murs creux inaccessibles, à travers des trous qu’on rebouche.

L’opération est rapide et ne cause aucun désagrément pour l’habitation et les occupants.

Isolation par soufflage : les différentes matières

Un grand choix de types de laines à souffler est disponible sur le marché, suivant leur usage. Elles offrent différentes caractéristiques.

La fibre cellulosique (ou laine de cellulose) :

  • a une valeur d’isolation de R-3,5 / po
  • se faufile mieux que les laines entre les clous et les fils
  • traitée au borax pour plus de résistance au feu, à la moisissure et aux parasites
  • coût faible
  • non irritante, non toxique, faite de papier recyclé et fabriquée localement

La fibre de verre (ou laine soufflée) :

  • valeur d’isolation de R-3 / po
  • incombustible, mais nécessite de respecter les normes de dégagement des codes de construction locaux et des manufacturiers
  • application exigeant le port de vêtements protecteurs, de lunettes et d’un masque

La fibre de roche (ou laine minérale) :

  • valeur d’isolation de R-3,3 / po
  • convient aux sous-sols en raison de ses propriétés hydrofuges
  • produit ignifuge qui s’utilise autour des cheminées
  • préférable à la fibre de verre pour les personnes hypersensibles

Isolation par soufflage : louer une machine

Il est possible d’effectuer ces travaux soi-même en louant le matériel approprié et en suivant les précautions nécessaires. Il faudra prendre garde de ne pas obstruer les soffites de ventilation situés sous les extrémités du toit.

Si vous avez opté pour l’auto-rénovation, vous pourrez trouver sur le marché des souffleurs en location, à la journée ou à la semaine, à environ 82 $ par jour (chez Simplex) pour une capacité de 25 lbs. avec boyau de 50 pieds inclus. Ce type d’engin se branche au 110V et accepte aussi bien les laines minérales que la cellulose.

Les centres de rénovation prêtent habituellement la machine sans frais supplémentaire pour 24 heures si vous achetez la fibre de cellulose (ou minérale) sur place.

Isolation par soufflage : l’acte pro

La mousse de polyuréthane, en revanche, qui est giclée, doit obligatoirement être manipulée par un professionnel certifié par la RBQ (et CUFCA, l’association canadienne des contractants en mousse d’uréthane). Durant la pose, deux liquides sont mélangés et vaporisés sur les surfaces à isoler. L’adhérence se passe sans problème sur presque toutes les surfaces.

Son prix est plus élevé mais on y gagne en temps, en main d’œuvre et en efficacité. C’est un excellent isolant thermique (R-6 à R-7) ainsi qu’une protection efficace contre le radon et l’humidité. L’uréthane giclé est donc particulièrement indiqué pour l’isolation des sous-sols.