Comment bien choisir votre constructeur de maison ?

En octobre 2017 ce sont 61,3 % des ménages québécois qui étaient propriétaires de leur logement, une moyenne encore bien en-dessous du niveau national à 67,8 %. C’est pourquoi une nouvelle série de mesures incitatives a été lancée en mars 2018 à l’annonce du budget du ministre Leitaõ, comme par exemple un crédit d’impôt non remboursable pour l’achat d’une première habitation. Comment ensuite faire le bon choix du constructeur de votre maison ?

Se lancer en autoconstructeur ou choisir un constructeur de maison chevronné ?

C’est une première au Québec, la ville de La Sarre va autoriser l’autoconstruction dans un quartier entier qui comptera une vingtaine de terrains. Ils sont destinés à accueillir des micromaisons sur des terrains d’environ 5 000 pieds carrés.

Le phénomène de l’autoconstruction pourrait prendre de l’ampleur avec la multiplication des offres de mini-maisons de moins de 300 pieds carrés sur le marché, mais est-ce une bonne idée pour un projet d’unifamiliale standard ? Il sera possible d’économiser jusqu’à 30 % de la facture en se passant d’un entrepreneur mais il faudra payer de sa personne.

Si vous n’avez pas de sérieuses notions de construction aux normes, les économies ne seront pas substantielles car les entrepreneurs en construction bénéficient de tarifs négociés sur les matériaux et peuvent répartir ou optimiser les coûts de main d’œuvre entre différents chantiers.

Le premier gros écueil auquel fera face l’autoconstructeur sera le problème des plans, qui doivent être de grande qualité et approuvés. Mais il est tout à fait possible d’en acheter des tout prêts.

Choisir un entrepreneur qualifié évitera beaucoup de pression et de stress, de temps investi aussi.

Dernière option possible, vous pouvez aussi opter pour une coquille, c’est-à-dire en gros quatre murs nus et le toit. Les fabricants de maisons usinées offrent souvent cette solution. Les entrepreneurs généraux peuvent également en posséder au catalogue.

Constructeur de maison et entrepreneur : quelles différences ?

L’architecte a la qualification nécessaire pour coordonner des travaux et les vérifier. L’entrepreneur général se charge quant à lui de recruter les sous-traitants, de recueillir et proposer différentes soumissions et de coordonner les travaux avec vous le maître d’œuvre. Un constructeur prendra tout en charge de A à Z.

La plupart des constructeurs de maisons ont des plans pré-dessinés qui ne laissent que peu de place aux transformations et personnalisations autres qu’intérieures. Mais leur rôle est de vous livrer une maison clés en mains.

Comment choisir son constructeur de maison ?

Certains constructeurs de maisons sont accrédités. Les accréditations les plus répandues au Québec sont par exemple :

  • NovoClimat
  • la Garantie rénovation de l’APCHQ (Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec)
  • Réno Maître (décernée par l’APCHQ aux entreprises qui se sont démarquées par leur professionnalisme)
  • Garantie Habitation du Québec
  • Écohabitation

L’APCHQ est un réseau de plus de 14 000 entreprises œuvrant dans l’industrie de la construction et de la rénovation résidentielles. Les membres de l’APCHQ réalisent 76 % des travaux de construction et de rénovation résidentielles effectués au Québec.

Les accréditations sont une garantie de professionnalisme dans le monde des constructeurs et des entrepreneurs. Une autre manière de savoir si un professionnel du bâtiment est fiable est de s’assurer qu’il est couvert par le Plan de Garantie de la RBQ.

Constructeur de maison et Plan de Garantie : comment ça marche ?

Le Plan de Garantie s’applique uniquement aux entrepreneurs qui détiennent un permis de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). Avant le 1er janvier 2015, l’entrepreneur devait être associé à l’un des trois administrateurs suivants :

  • la Garantie des bâtiments résidentiels neufs de l’APCHQ
  • la Garantie Abritat
  • la Garantie Qualité Habitation

Depuis, le seul administrateur du Plan de Garantie est l’organisme Garantie de construction résidentielle (GCR). Ce plan pour la construction de maisons neuves entre en action si un entrepreneur ne respecte pas ses engagements et peut prévoir de rembourser :

  • l’acompte payé si l’immeuble n’a pas été livré
  • les frais déboursés à cause du retard dans la livraison ou la construction de l’immeuble, par exemple les frais d’entreposage des meubles
  • les coûts de réparation des défauts

Pour une maison (ou une unité de condo) dont la construction a débuté après le 1er janvier 2015, les remboursements sont limités à :

  • 50 000 $ pour l’acompte
  • 6 000 $ pour la relocalisation, l’entreposage et le déménagement
  • un montant inscrit au contrat pour la réparation des défauts (qui ne peut dépasser 300 000 $)

Le Plan de garantie couvre dans tous les cas :

  • les défauts non visibles au moment de la réception de l’immeuble pour la première année
  • les vices cachés pour les 3 premières années
  • les problèmes de conception, de construction ou de sol durant les 5 ans suivant la fin des travaux

Par ailleurs, il est important de procéder à l’inspection, accompagné par exemple d’un inspecteur en bâtiment, avant d’emménager. Les défauts visibles et les travaux non complétés doivent être dénoncés par écrit au moment de la réception de l’immeuble ou dans les 3 jours qui suivent la réception.

Trucs et astuces pour bien choisir un constructeur de maison

Si vous devez entrer en affaires avec un entrepreneur, retenez ces quelques conseils réunis par différents pros de la finance, des assurances et de l’ingénierie :

  • vérifiez que le constructeur possède bien une licence auprès de la RBQ
  • contrôlez que l’entrepreneur est couvert par le Plan de Garantie GCR
  • n’hésitez pas à demander des témoignages de clients satisfaits
  • exigez un contrat de construction en bonne et due forme (et lisez-le!)
  • l’Office de la protection du consommateur vous propose des conseils pour l’écriture d’un contrat de service conforme
  • si vous visez l’éco-habitat, choisissez un constructeur qui a déjà des maisons certifiées LEED dans son portefeuille de réalisations
  • comparez au moins 3 soumissions différentes
  • l’expérience a plus de valeur que le prix le plus bas
  • ne payez pas d’avance et de préférence par petites tranches

Enfin, sachez que l’Office de certification commerciale du Québec saura vous renseigner si les entreprises que vous avez choisies ont déjà fait l’objet de plaintes ou de condamnations.